• La peinture à base de pigments naturels : vers une peinture archéo-compatible

    La peinture à base de pigments naturels a été utilisée dès l'antiquité ; fidèles à notre démarche d'archéo-compatibilité, nous avons opté pour la peinture dite de lait, (préparée, comme son nom l'indique, à partir de lait) dont on sait que le constituant actif, la caséine entrait dans la composition des enduits pour fresque murales, notamment en Gaule romaine

    http://www.culture.gouv.fr/culture/conservation/fr/stefanaggi/pdf/techpeinture.pdf  


    La recette présentée ci-dessous est une adaptation de :
    http://www.bab-la-bricoleuse.net/tutos-brico/la-peinture-de-lait/

    a) Le liant : pour initier le processus de fabrication de notre peinture de lait, la caséine
    est extraite en réchauffant le lait à 40° C puis en faisant précipiter les protéines du lait par ajout de vinaigre blanc d'alcool (qui contient de l'acide acétique). En fait, dans notre expérience, nous avons extrait 170 g de caillé (protéines du lait dont la caséine + matières grasses) à partir d'un litre de lait, en le filtrant pour le séparer du petit lait. C'est ce caillé qui est utilisé par la suite et qui est additionné de produit alcalin (ammoniaque alcali*) permettant sa stabilisation et jouant aussi le rôle de solvant.

    http://www.cstfelicien.qc.ca/Scinat/cyberexpojournal2005/w05c07.pdf
    La caséine (du caillé) constitue le liant dans la peinture de lait ; elle possède un fort pouvoir adhésif.

    SDC12459.JPG

    les 170 g de caillé extrait d'un litre de lait  (céramique réalisée par Bellorix)

     

    b) La charge : la craie (broyée en poudre très fine équivalente au blanc de Meudon) joue le rôle de charge opacifiante dans la peinture de lait que nous avons testée. Il faut mélanger en proportions égales (déterminées par pesées) le caillé, la craie broyée et l'eau. L'idéal est d'obtenir un mélange ayant la consistance d'un yaourt crémeux (sans grumeaux). A ce mélange blanc et mate, peut être rajouté un pigment.

    SDC12461.JPG

    la craie broyée

     

    c) Le pigment naturel : oxyde de fer rouge

    Nous avons choisi d'utiliser un pigment 100% naturel, l'oxyde de fer rouge. Appliquée sur le bouclier, notre peinture donne une teinte rouille. Le rouge était une couleur prisée des guerriers celtes de l'antiquité.

    SDC12464.JPG

    le pigment naturel

     

    d) Le mélange des ingrédients

    SDC12465.JPGLa peinture est prête
    SDC12467.JPG

    e) La peinture du bouclier
    L'application de la peinture de lait sur un support en bois est très agréable. La peinture a un très bon pouvoir couvrant et sèche très vite (sur les photos, ci-dessous, les zones sombres correspondent à la peinture qui vient tout juste d'être appliquée). En séchant, la peinture s'éclaircit un peu et son aspect est mat avec un léger grain. Après un certain temps, la peinture devient complètement imperméable.

    SDC12469.JPG SDC12471.JPG


    Précisons que 50 g de caillé (+ 50 g de craie broyée + 50 g d'eau + 3 petites cuillères de pigment) ont suffi pour peindre le bouclier, recto-verso. En conséquence, à partir d'un litre de lait, il est possible de préparer suffisamment de caillé pour 3 boucliers.

     

    f) Le résultat

    Voilà donc le type de peinture qui a pu être utilisé par les Gaulois. Dans cet exemple, la figure du cheval (inspirée d'une monnaie celtique insulaire, Grande-Bretagne), peint en blanc, sur fond oxyde de fer rouge évoque les vases gaulois arvernes et champenois réalisés selon la technique de peinture dite de la réserve.

    VaseArverneVase arverne
    Sources :
    http://www.yakinfo.com/article/sujet-4861,au-musee-bargoin-treize-vases-peints-gaulois.html
    http://www.arafa.fr/SPIP/spip.php?article40

    Et voilà le travail :
     SDC12472.JPG
    Le résultat est au-delà de nos espérances. Cette peinture est d'un très faible coût ; de plus, elle semble plutôt bien se conserver au frigo. Si vous souhaitez de plus amples informations sur le mode préparatoire, n'hésitez pas à nous contacter.

    ammoniaque alcali* : dans cette solution, l'ammoniaque est concentrée à 13% soit à peine plus que la concentration d'ammoniaque dans l'urine (5 %) qui a pu être utilisée dans le passé.




    « CatuboduosCarbatinae, quand tu nous tiens »

  • Commentaires

    1
    Artos
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 23:33
    Bonsoir les amis, bravo à vous pour cette reconstitution, j'espère que vous me montrerez tout ça la prochaine fois qu'on se verra ;)
    En tout cas bravo, vous êtes sur le bon chemins:)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :