• Après cette longue marche et ce repos bien mérité dans notre campement basé à Olonna, les choses sérieuses ont pu commencer.

    Après d'âpres discussions, les éleveurs Lingons ont enfin accepté la transaction : 50 ambosta* de sel contre 1 cheval. Ils ont fini par céder parce qu'ils ont besoin de notre sel.

    Leurs chevaux sont vraiment les meilleurs de cette partie de la Gaule. Si les Lingons savaient que nous allons les utiliser pour les combats contre leurs amis Romains...

    Mais, ils ne sont peut-être pas dupes, après tout...

    (ambosta* : le contenu de 2 mains jointes ; unité de mesure gauloise)

    Le commandement de la cavalerie Mediomatrici

     

     

     


    votre commentaire
  • Avec l'arrivée du printemps, une délégation Mediomatrici a repris la route. Elle est constituée de guerriers mais aussi des femmes assurant l'intendance du convoi. Après quelques journées de marche, ils ont installé leur campement à Olonna*. Ils y ont rendez-vous avec des éleveurs de chevaux du peuple des Lingons, les meilleurs de cette partie de la Gaule.

    L'hiver a déjà été propice à la confection de nouveaux paniers mais, entre deux tournées de bois pour le campement, Luerna a décidé qu'elle en fabriquerait d'autres qu'elle pourra vendre, à son retour sur les marchés de nos villes. Elle tresse donc les dernières tiges de saule adaptées : avec la montée de la sève, l'activité de vannerie va s'endormir pour six lunes.

    Luerna fabrique des paniers en osier

    De son côté, Alouna a récolté des carex pour confectionner de petits jouets qu'elle offrira à ses enfants, dès son retour à Mediobriga.

    Alouna

    Lucogena s'applique, quant à elle, à tisser un magnifique galon comme elle sait si bien en produire.

    Lucogena tisse des galons avec un petit métier

    Glasina file, et file encore... Pas de temps à perdre, puisque Lucogena a toujours besoin de matière première de bonne qualité : un fil de laine à la fois solide et doux. Mais, dès qu'elle le peut, Glasina s'arrête pour jouer un air de lyre.

    Glasina joue de la lyre dès qu'elle le peut

    Cauannos, dans son coin, s'applique à la fabrication des cuillères. Et Londolucos refait des fibules, notamment pour Epona, sa fille, dont il est si fier. Il est certain qu'elle est devenue une belle jeune femme.

    Epona, fille de Londolucos

    Argantorota, elle, est une habile sculptrice et elle reproduit à merveille les visages gaulois sur la pierre qu'elle aime tant travailler.

    Argantorota sculpte la pierre

    Certains des guerriers se parent des nouveaux habits qu'ils ont fait faire pendant la mauvaise saison ; ils sont peu fiers des armements réparés pendant les longues veillées d'hiver. Mais assez paradé, c'est l'heure de reprendre l'entraînement, déclarent en coeur Durnacos et Liscos ! Curmisagios est impatient d'en découdre avec ses compagnons d'armes. Pour éviter des blessures trop sévères, ils utiliseront des épées de bois.

    La force de frappe des Mediomatrici avec, de gauche à droite : Les 2 jeunes Suèves Cimberios et Nasua puis Londolucos, Cauannos porte-enseigne, Durnacos le vergobretos, Curmisagios et Liscos ambactos de Durnacos

    Nous avons ces jours-ci la visite de jeunes amis Suèves. Il s'agit de Nasua et de Cimberios. Pour les honorer, du côté de la cuisine, Crixsos a mis les petits plats dans les grands et s'applique à griller à la perfection des cuisses de volaille.

    Crixsos est un guerrier, certes, mais il sait aussi cuisiner !

    On a commandé de l'hydromel à Cunobelenos... et quand vient le soir, il coule à flots !

    Les Mediomatrici à table

    Encore une belle journée qui s'achève pour les Mediomatrici. Demain, les marchands lingons nous apporteront les chevaux. Les choses sérieuses pourront commencer !

    *Olonna : nom antique de Saint-Dizier.

    Texte écrit par Glasina et légèrement arrangé par Durnacos

     

     


    votre commentaire
  • C'est avec un immense plaisir que nous avons participé au festival "les Printemps de l'Archéologie" organisé, à Saint-Dizier (52), par ArchéOlonna (une association dédiée au patrimoine archéologique et historique du nord haut-marnais et de sa périphérie), du 27 au 31 mars dernier.

     

    Le festival a mêlé conférences, projections cinématographiques et reconstitution historique pour un public ravi et conquis. C'est dans ce cadre que notre troupe a pu exposer ses ateliers artisanaux et ses techniques de combat gaulois. Des démonstrations de combat ont d'ailleurs opposé les Mediomatrici aux valeureux Ambiani, en compagnie des légionnaires romains de Nasium-Cité des Leuques.

    La troupe Mediomatrici présente au festival, édition 2019

    La troupe Mediomatrici présente au festival, édition 2019
     

    Lors de cette manifestation, nous avons mis un point d'honneur à monter un campement digne d'un peuple en marche avec pas moins de 4 tentes de couchage, 1 tente d'intendance et 1 grande toile d'auvent (6m x 6m). Le tout était complété d'un grand stand de présentation de l'armement gaulois de La Tène finale au public. Que du bonheur !

    Vue sur une partie du campement Mediomatrici

    Vue sur une partie du campement Mediomatrici
     

    Merci aux dieux gaulois pour ces belles journées de reconstitution sous un soleil printanier.

    Le festival "les Printemps de l'Archéologie" à Saint-Dizier (52) par ArchéOlonna

    L'enseigne au cheval des Mediomatrici
     

     


    votre commentaire
  • Pour nous, membres de l’association Mediomatrici, qui pratiquons la reconstitution historique gauloise et qui tentons, avec nos modestes moyens, d’évoquer la vie quotidienne de Gaulois du peuple  Mediomatrici (artisans, barde, guerriers, vergobretos, etc.), cette découverte a été comme une révélation. Il est grand temps, maintenant, de vous vous faire partager notre émerveillement. 

    Mais de quelle découverte s’agit-il ? Il s’agit du résultat des fouilles archéologiques de Laurent Olivier (Conservateur en chef au Musée d'Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye) et de son équipe menées en 2014 sur le site de la Digue à Marsal (Moselle), un site autrefois situé en plein milieu du territoire des Mediomatrici.

    8 squelettes humains, 7 d’adultes (3 femmes et 4 hommes) plus celui d’un enfant (4-6 ans), et celui de 2 chiots ont été  retrouvés ; les individus ont été « déposés » dans un silo à grains désaffecté, au fil du temps (entre le milieu du IVème siècle et le IIIème siècle avant J.-C.), en commençant par les femmes puis en terminant par les hommes et l’enfant. Aucun mobilier n’accompagnait les défunts. Les squelettes des adultes montrent des traces d’usure intense et de pathologies osseuses, ce qui a contribué à considérer qu’il s’agissait probablement d’esclaves, sans sépultures.  L’analyse (concentration de strontium dans les os et les dents) a aussi permis de conclure sur le fait que ces individus étaient d’origine locale. Il n'y a pas d'évidence de lien de parenté entre eux.

    Ce qui est le plus émouvant est que certains des crânes, ayant fait l’objet d’une reconstruction faciale 3D (par Philippe Froesch, au laboratoire Visual Forensic de l’Université de Montigny-le-Bretonneux, Yvelines), ont permis de redonner vie à ces personnes des IVème et IIIème siècles avant J.-C. Et ces Gaulois d'il y a plus de 2000 ans peuvent nous contempler, maintenant...  

    Pour lire l’article complet de Laurent Olivier :

    Article de Laurent Olivier (ici)

    Cette étude avait fait l’objet de 2 publications sur le site du Saulnois :

    Article 1 Le Saulnois

    Article 2 Le Saulnois

     

    Oxtumeta (la huitième, en Gaulois : elle a été baptisée ainsi parce qu’elle est la première des 8 corps à avoir été déposée dans le fond du silo et la dernière révélée par les fouilles ; 35-45 ans ; 1,54 m environ)

     
    Sextameta (la septième ; 22-25 ans ; 1,50 m environ)
     

     Pinpetos (le cinquième ; 35-45 ans ; 1,74 m environ)

     

    Cintus (le premier ; 35-45 ans ; 1,64 m environ)

     

     


    votre commentaire
  • Quoi ? Nous en étions restés à l'épisode 3 de notre feuilleton Mediomatrici ?

    Pourtant, de l'eau a coulé sous les ponts gaulois depuis... Il est grand temps de rattraper le fil de notre histoire !

    • Dans l'épisode 4 (Magazine "Histoire de l'Antiquité à nos Jours", n°97, mai-juin 2018) intitulé "L'attaque des Suevi", une grande propriété agricole de la plaine du levant (Andounna), en territoire Mediomatrici, est pillée par les Suevi. Son propriétiare, Londolucos, est tué.  L'attaque des Suevi (Ep.4, lien)
     
    • Dans l'épisode 5 (Magazine "Histoire de l'Antiquité à nos Jours", n°98, juillet-août 2018) intitulé "Le bûcher de l'éternité", nous assistons à la cérémonie funéraire en  honneur de Londolucos. Le bûcher de l'éternité (Ep. 5, lien)
     
    • Dans l'épisode 6 (Magazine "Histoire de l'Antiquité à nos Jours", n°99, septembre-octobre 2018) intitulé "Les Mediomatrici sont en guerre", les paysans de la plaine du levant sont accueillis dans la capitale des Mediomatrici, Mediobriga. Les Mediomatrici entrent officiellement en guerre. Les Mediomatrici sont en guerre (Ep. 6, lien)
     
    • Dans l'épisode 7 (Magazine "Histoire de l'Antiquité à nos Jours"n°100, novembre-décembre 2018) intitulé " Rencontre au sommet", Durnacos a une entrevue avec Titus Labienus, principal lieutenant de Jules César. Ce dernier exige 50 otages du peuple Mediomatrici. Rencontre au sommet (Ep. 7, lien)
     

    Voilà, vous avez de la lecture ! Et moi, j'ai rattrapé un peu mon retard... Et l'épisode 8, me direz-vous ?! Bon, promis, c'est pour un prochain article !


    votre commentaire
  • Elle avait été construite, il y a 10 ans par les passionnés de la Maison de l'Archéologie des Vosges du Nord dans le cadre d'un projet transfrontalier franco-allemand, à Niederbronn-les-bains (67) sur un terrain appartenant à la Commune et elle était gérée par le Parc Naturel Régional des Vosges du Nord...

    Notre troupe Mediomatrici avait signé une convention avec la mairie de Niederbronn nous permettant de l'utiliser à volonté à condition de l'entretenir : nous en avions même l'usage exclusif (avec le Musée archéologique). Nous l'avions baptisée Andounna, ce qui signifie "la source d'en-bas" en langue gauloise, c'est-à-dire l'exacte traduction de Niederbronn (en alsacien).

    Depuis 10 ans d'occupation, elle était devenue "notre" maison gauloise, notre foyer, notre lieu de célébration de Samonios. Nous y animions, tous les ans, les Journées du Patrimoine en collaboration avec les services de la ville. Nous aimions aussi nous retrouver sous son toit pour de longues veillées autour du foyer central et chanter au son de la lyre de Glasina. Elle était devenue le refuge des Mediomatrici ! Elle nous avait permis d'accueillir des membres d'autres troupes gauloises venues de loin : je pense à Bardosenos et Albios venus tout droit d'Armorique mais aussi à la famille Abnoba (Allemagne).

    Elle avait eu aussi ses heures de gloire en apparaissant à plusieurs reprises dans le feuilleton historique Mediomatrici publié depuis novembre 2017 dans le magazine "Histoire de l'Antiquité à nos Jours" (Editions Faton). La photo jointe à cet article a d'ailleurs été publiée dans l'épisode 1 du feuilleton (magazine n°94, novembre-décembre 2017). 

    Elle a brûlé, lundi soir, 7 janvier 2019, verts les 22 heures et les pompiers n'ont rien pu faire pour arrêter l'incendie. Une enquête permettra de déterminer les causes de l'incendie.

    Il nous reste des photos de la construction ainsi que de nos animations sur place et tous les très bons souvenirs de notre occupation de  la maison.

    Andounna continuera à nous abriter et exister, au moins dans nos coeurs gaulois.

    https://www.dna.fr/edition-de-haguenau/2019/01/08/l-experidrome-parti-en-fumee

    Andounna, la maison de l'expéridrome de Niederbronn-les-bains Andounna dans la neige (photo copyright Durnacos Nertomari)


    votre commentaire
  • Laissez-moi maintenant vous présenter les enfants des Mediomatrici. Très souvent, ils participent à nos côtés et apportent à nos manifestations de la fraîcheur, de la spontanéité et beaucoup de joie mêlée à de la fierté.

    Sans aucun doute, le petit peuple Mediomatrici peut dormir sur ses 2 oreilles : la relève est assurée !

    Epona Londoluci, fille de Londolucos
     
    Eburos Bellorignatos, fils de Bellorix
     
    Lauena Durnaci, fille de Durnacos
     
    Lauenos Durnaci, fils de Durnacos
     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique