• Une belle journée pour mourir

    Avec l'arrivée du printemps, une délégation Mediomatrici a repris la route. Elle est constituée de guerriers mais aussi des femmes assurant l'intendance du convoi. Après quelques journées de marche, ils ont installé leur campement à Olonna*. Ils y ont rendez-vous avec des éleveurs de chevaux du peuple des Lingons, les meilleurs de cette partie de la Gaule.

    L'hiver a déjà été propice à la confection de nouveaux paniers mais, entre deux tournées de bois pour le campement, Luerna a décidé qu'elle en fabriquerait d'autres qu'elle pourra vendre, à son retour sur les marchés de nos villes. Elle tresse donc les dernières tiges de saule adaptées : avec la montée de la sève, l'activité de vannerie va s'endormir pour six lunes.

    Luerna fabrique des paniers en osier

    De son côté, Alouna a récolté des carex pour confectionner de petits jouets qu'elle offrira à ses enfants, dès son retour à Mediobriga.

    Alouna

    Lucogena s'applique, quant à elle, à tisser un magnifique galon comme elle sait si bien en produire.

    Lucogena tisse des galons avec un petit métier

    Glasina file, et file encore... Pas de temps à perdre, puisque Lucogena a toujours besoin de matière première de bonne qualité : un fil de laine à la fois solide et doux. Mais, dès qu'elle le peut, Glasina s'arrête pour jouer un air de lyre.

    Glasina joue de la lyre dès qu'elle le peut

    Cauannos, dans son coin, s'applique à la fabrication des cuillères. Et Londolucos refait des fibules, notamment pour Epona, sa fille, dont il est si fier. Il est certain qu'elle est devenue une belle jeune femme.

    Epona, fille de Londolucos

    Argantorota, elle, est une habile sculptrice et elle reproduit à merveille les visages gaulois sur la pierre qu'elle aime tant travailler.

    Argantorota sculpte la pierre

    Certains des guerriers se parent des nouveaux habits qu'ils ont fait faire pendant la mauvaise saison ; ils sont peu fiers des armements réparés pendant les longues veillées d'hiver. Mais assez paradé, c'est l'heure de reprendre l'entraînement, déclarent en coeur Durnacos et Liscos ! Curmisagios est impatient d'en découdre avec ses compagnons d'armes. Pour éviter des blessures trop sévères, ils utiliseront des épées de bois.

    La force de frappe des Mediomatrici avec, de gauche à droite : Les 2 jeunes Suèves Cimberios et Nasua puis Londolucos, Cauannos porte-enseigne, Durnacos le vergobretos, Curmisagios et Liscos ambactos de Durnacos

    Nous avons ces jours-ci la visite de jeunes amis Suèves. Il s'agit de Nasua et de Cimberios. Pour les honorer, du côté de la cuisine, Crixsos a mis les petits plats dans les grands et s'applique à griller à la perfection des cuisses de volaille.

    Crixsos est un guerrier, certes, mais il sait aussi cuisiner !

    On a commandé de l'hydromel à Cunobelenos... et quand vient le soir, il coule à flots !

    Les Mediomatrici à table

    Encore une belle journée qui s'achève pour les Mediomatrici. Demain, les marchands lingons nous apporteront les chevaux. Les choses sérieuses pourront commencer !

    *Olonna : nom antique de Saint-Dizier.

    Texte écrit par Glasina et légèrement arrangé par Durnacos

     

     

    « Le festival "les Printemps de l'Archéologie" à Saint-Dizier (52) par ArchéOlonnaDes chevaux pour les MEDIO »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :